Les chauves-souris de Fumel vont désormais pouvoir faire carrière ! (47)

Posted on: December 20, 2017 15:24pm
Comments: 0
 
L’une des missions des Conservatoires d’espaces naturels est d’assurer à l’échelle régionale ou départementale la préservation d’espèces patrimoniales à enjeux, en particulier les chiroptères. C’est à ce titre que le CEN Aquitaine agit sur la connaissance et la protection des chauves-souris sur son territoire. La carrière de Pech de Treil, localisée dans la commune de Fumel en Lot-et-Garonne, présente un intérêt international de conservation pour les chauves-souris. Ce sont des espèces comme le Minioptère de Schreibers (voir Figure 1), le Rhinolophe euryale et le Grand rhinolophe, parfois présentes en très grand nombre (plus de 900 individus), qui expliquent cette importance. Elles cohabitent parfois, en fonction des saisons, avec neuf autres espèces de chauves-souris.
 
Figure 1 : Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii) (©BenoitDUHAZE)
 
La fréquentation et l’usage de la carrière avaient un impact fortement préjudiciable aux populations de chauves-souris, c’est pourquoi il devenait urgent d’intervenir. Voici les principaux usages néfastes qui ont pu être identifiés :
►La fréquentation du site provoquant de la mortalité, notamment aux périodes où les chauves-souris sont les plus vulnérables. En été, les jeunes non-volants qui tombent au sol suite à l’affolement de la colonie ont peu de chances de survivre et il y a des risques de fausses-couches pour les femelles. En hiver, les individus extirpés trop brusquement et/ou trop souvent de leur léthargie risquent de succomber suite à des crises cardiaques ou à l’épuisement des ressources emmagasinées en automne pour toute l’hibernation.
►Les feux qui les asphyxient et les intoxiquent spécialement dans le cas de brulage de matières plastiques, la carrière est jonchée de bâches autrefois utilisées pour des champignonnières.
►Les tags sur les parois dont les émanations de peinture peuvent leur être létales.
►La destruction directe d’individus lors de jeux macabres où les chauves-souris sont prises pour cibles (tirs au pistolet à billes par exemple).
 
L’intégration de cette carrière à un site Natura 2000 offre la possibilité d’agir de façon réglementaire et technique pour la protection des populations de chauves-souris. D’une part, les Mesures Agro-Environnementales (MAE) souscrites par les agriculteurs y ont globalement amélioré les territoires de chasse des chauves-souris. D’autre part, un contrat Natura 2000 porté par le CEN Aquitaine, a financé des aménagements visant à limiter la fréquentation du site. Concrètement, l’entrée principale a été condamnée par des tubes verticaux (voir Figure 2) et un panneau d’information présentant les enjeux, les menaces et la réglementation de la cavité a été mis en place (voir Figure 3).
 
 

Figure 2 : Panneau d'information installé sur place (©CEN Aquitaine)

 

Figure 3 : Dispositif de fermeture du site (©Jean-Christophe BARTOLUCCI)
 
L’efficacité de ces mesures pourra être évaluée grâce à la poursuite du suivi initié dès 2001. Celui-ci consiste en un passage par saison en identifiant et en comptabilisant les chauves-souris qui occupent la carrière. Il faut désormais que chacun prenne en considération que certains de nos actes peuvent être lourds de conséquences sur des milieux et des espèces aussi sensibles. Ainsi, à notre échelle, nous devenons tous acteurs de la préservation des chiroptères.
 
 
Jean-Christophe BARTOLUCCI - Chargé de mission à l'antenne Dordogne
 

Articles récents :

L’antenne Béarn de notre association partcicpe à "MON PROJET POUR LA PLANETE" pour la...
           PROSPECTIONS ATLAS    ODONATES (LIBELLULES)   RHOPALOCERES & ZYGENES (...